Blog : Le marketing dans les nuages

cloud marketing

Initialement, le cloud marketing – ou marketing dans les nuages – faisait surtout référence à toutes les actions de marketing qui se faisaient sur internet et en premier lieu sur les sites web, avec toutes les techniques de SEO (référencement) et de SEM (la partie payante de l’internet).

Mais un 2ème nuage s’est très vite créé avec le mobile d’un côté et le social media de l’autre et toute sa panoplie de réseaux, de communautés et de contenus – des blogs à youtube, de linkedin à twitter, de slideshare à pinterest.

Cloud marketing

Le 3ème nuage est celui des applications marketing… qui sont hébergées elles-même dans le cloud selon un modèle SaaS (location mensuelle ou annuelle d’applications selon le nombre d’utilisateurs ou le volume d’utilisation) – nous parlons ici des CRM, bases de données, plateformes d’emailing, solutions de web marketing et autres marketing automation – ou encore des logiciels gratuits en mode open source (notamment les wordpress, joomla et drupal of the world).

Or, pour bien piloter ces trois nuages, il vaut mieux avoir les pieds sur terre. Car si ces mondes sont imbriqués (les gouttes d’eau finissant toutes par se mélanger), ils font appel à un véritable puzzle de programmes, de technologies, de compétences et de process. Qu’il faut structurer, gérer, gouverner.

Une gouvernance d’autant plus nécessaire que le marketing va maintenant se sourcer directement auprès de fournisseurs de solutions logicielles et applicatives sans passer par la DSI. Des hébergeurs aux agences web, des éditeurs de logiciels aux développeurs d’applications mobiles et aux intégrateurs, tous ces prestataires ont des modèles économiques différents et des plateformes technologiques plus ou moins sécurisées.

Un vrai casse-tête quand on connaît le peu d’appétence des marketers pour la technique, la structure ou les process. Et un vrai enjeu aussi, quand on sait les besoins d’automatisation de la fonction d’un côté, et les risques liés à la fuite d’information et à la réputation de l’entreprise de l’autre.

Partager cet article

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *